La fatigue chronique

Ce symptôme (à différencier du Syndrome de Fatigue Chronique, expression à plusieurs définitions bien trop vagues pour qu'il soit pertinent de l'utiliser) est le plus courant et pourtant le moins considéré de tous les troubles graves (pas forcément mortel mais handicapants). On se retrouve donc à faire ce qu'on attendrait d'un médecin pour le gérer soi-même.

A savoir avant tout : TOUT trouble de santé et/ou du mode de vie entraine de la fatigue, il n'y a donc rien de moins spécifique que la fatigue. On ne peut absolument pas poser le moindre diagnostic à partir de la simple existence d'une fatigue [je pense surtout à la "maladie de lyme" qui se transforme en religion...].
C'est d'autant plus compliqué que, contrairement à ce que je vais vous présenter pour que ce soit facile à suivre, en général nous cumulons toutes et tous, à divers niveaux normaux ou pathologiques, à peu près tous les troubles cités ci-dessous!

1- Il faut d'abord vérifier si c'est bien de la fatigue!

Dans le langage courant, on confond fatigue, lassitude et somnolence.
- La somnolence appelle le sommeil. On peut simplement avoir besoin de beaucoup de sommeil, il suffit alors de répondre à ce besoin. Si ça ne suffit pas, il faut d'abord explorer les troubles du sommeil  : apnée du sommeil, jambes sans repos etc. On peut pour ça aller en clinique passer une polysomnographie.
- La lassitude est un manque d'envie, généralement lié à une dépression et/ou de l'anxiété. Il s'agit alors de traiter ces troubles psychologiques sans oublier les facteurs biologiques en jeu.

2 - Si c'est bien de la fatigue, d'où vient-elle?

- Est-ce qu'on ne fabrique pas assez d'énergie?
Ca peut être le cas par exemple si on est en restriction calorique, si on a une alimentation carencée (végé ou sans crudités par exemple) ou si on a un trouble du métabolisme. Il s'agit alors de rétablir une bonne hygiène de vie.
Si on ne tire pas assez d'énergie des glucides, on peut passer à une alimentation basée sur les lipides.
[Oubliez les surrénales et la thyroïde : elles ne fabriquent pas plus d'énergie que les autres organes! C'est dans la cellule, dans son cytoplasme et ses mitochondries que l'énergie est fabriquée, et ce quelque soit l'endroit où elle se situe.]

- Est-ce qu'on dépense trop d'énergie?
Le plus souvent, on est juste en surmenage, et il suffit d'accepter ses limites naturelles pour retrouver une forme correcte. Nous ne sommes pas prévus pour une vie si mouvementée!

Parfois on ne se rend pas compte de ses dépenses d'énergie.
Elles sont de 5 types :
. physiques : mouvement, sport, maintient d'une position inconfortable, etc.
. mentales : réfléchir, penser est une activité très énergivore
. sensorielles : ouie, vue, toucher, gout, odorat... toute sensation doit être traitée par le système nerveux, c'est une dépense d'énergie importante lorsqu'on doit beaucoup trier, par exemple écouter une conversation et pas celle d'à côté (bar, open space, télévision en bruit de fond...)
. psychiques : les émotions sont énergivores, qu'elles soient agréables ou non. L'anxiété et le stress en particulier sont d'importants générateurs de fatigue, d'autant plus qu'elles empêchent toute repos réel.
. autonomes : tout ce qui nous maintient en vie dépense plus d'énergie que tout ce qu'on fait consciemment. Respiration, digestion, circulation sanguine, immunité etc., tout ça utilise la majorité de l'énergie sans qu'on s'en rende compte.

Si on se repose vraiment (il faut être zen pour se reposer) en évitant les 4 types de dépenses conscientes sans récupérer, alors c'est que les activités autonomes sont trop gourmandes. C'est le cas par exemple lorsqu'on arrive en altitude (le corps doit s'adapter à une raréfaction d'oxygène), lorsqu'on a trop mangé, lorsqu'on fait face à un microbe coriace, lorsqu'on est intoxiqué par des polluants (métaux, pétro-chimie, additifs alimentaires...), lorsqu'on est trop stimulé (café, thé, cacao, glutamate, pollutions électro-magnétiques, stress, enthousiasme, anti-dépresseurs...), etc.

Un cas particulier de fatigue chronique est à la fois une maladie à part entière (c'est à dire un ensemble de symptômes bien définis) et une énigme, c'est l'encéphalomyélite myalgique. Dans cette maladie, ce n'est pas la fatigue qui est spécifique, mais l'incapacité à récupérer normalement après un effort. Il semble que la cause de la fatigue dans ce cas soit une activation permanente du système immunitaire, qui s'accaparerait l'énergie produite par les cellules puis/et/ou limiterait l'énergie produite par les cellules afin de limiter leurs échanges avec le milieu pour les protéger... mais rien n'est encore sûr. Ainsi l'EM comporte des points communs forts avec les maladies auto-immunes et les terrains allergiques. Une des causes probables de cette maladie, la plus intéressante à mon avis mais pas la seule, est l'intoxication aux métaux toxiques, à la rencontre de facteurs d'exposition psychosociaux et de facteurs de prédisposition génétiques.

Vous l'aurez compris, dans tous les cas de fatigue réelle et sans trouble de la récupération, il suffit de répondre à ses besoins et bien souvent juste de se reposer. Ca n'est pas si simple pourtant, dans une société qui dénigre le repos!

Dans les cas où ce sont les dépenses d'énergie autonomes qui provoquent une fatigue chronique, il y a deux éléments à bien comprendre pour optimiser la prise en charge de ses troubles :

1 - Le repos est indispensable! Ce n'est pas parce qu'on ne se sent pas reposé après le repos qu'on peut s'en passer. Au contraire, toute tentative d'aller mieux qui ignorerait le repos empirera le problème, ça serait comme dire "j'ai jamais assez d'eau à disposition alors j'arrête de boire de l'eau quand j'en ai"!

2 - Les facteurs en jeu sont innombrables, il faut donc explorer de nombreuses pistes, à son rythme, quitte à changer de médecin plusieurs fois jusqu'à trouver celui qui cherchera vraiment une piste utile. La plupart des médecins baissent les bras dès qu'ils ont vu que la thyroïde et/ou les surrénales marchaient bien, c'est une grave faute professionnelle puisque ces glandes ne fabriquent pas l'énergie du corps!

 

Date de dernière mise à jour : 05/07/2018

  • 2 votes. Moyenne 4.00 sur 5.

Ajouter un commentaire